Traductions

En plus de cinquante ans de carrière d’interprète, j’ai été sollicité en maintes occasions : en 1959, au Vietnam, pendant sept semaines, dans le cadre de la coopération scientifique et technique. En 1960, à Conakry en Guinée, lors d’une conférence panafricaine de l’enseignement. En 1961 au Maroc, en 1964 à Bucarest, en 1965 à Helsinki (Congrès mondial de la paix). En 2004 à Pékin, pendant cinq jours, j’ai traduit en simultané de l’anglais et de l’espagnol vers le français pour un groupe d’experts de l’ONU débattant les questions de la désertification, etc. Mais c’est surtout en Allemagne que je traduis des dizaines, voir des centaines de conférences, à Berlin, Leipzig, Dresde, Rostock, Francfort sur le Main, Munich, Bielefeld …

J’ai traduit pour des philosophes: Paul Ricœur (en l’an 2000), Jacques Derrida, Jean-François Lyotard, Michel Serres, Barbara Cassin, Peter Sloterdijk, Rüdiger Safranski, Bernard-Henri Lévy, François Jullien, Georges Didi-Huberman (aussi historien des arts) et Jacques Rancière (ce dernier en décembre 2013 à Berlin). Des sociologues: Pierre Bourdieu (de façon régulière, et notamment lors de son entretien avec Günther Grass pour Arte), Luc Boltanski (et aussi pour son frère, l’artiste Charles Boltanski), Bruno Latour. Des écrivains: Alain Robbe-Grillet, Michel Houellebecq, Marc Beigbeder, Dominique Fernandez, Patrick Chamoiseau, Erik Orsenna, Fred Vargas, Catherine Millet, Ingo Schulz, Monika Maron.

Et aussi pour le photographe Henri Cartier-Bresson et l’écrivain et cinéaste Claude Lanzmann, la psychanalyste Elisabeth Roudinesco, le psychologue Boris Cyrulnik, le spécialiste de la communication Dominique Wolton. Dernièrement, pour le directeur de théâtre Georges Lavaudant (en janvier 2014 à Berlin), les écrivains Grégoire Delacourt (maris 2014) et Hélène Cixous (avril 2014).

Par ailleurs, j’ai aussi travaillé pour des hommes politiques: Jack Lang (conférence et entretien avec l’écrivain Heiner Müller) et Pierre Moscovici, pour un entretien entre Alexandre Adler avec Helmut Kohl. Depuis sa création, il y a dix ans, je traduis régulièrement pour les écrivains qui participent au Festival de la littérature en septembre à Berlin. Les instituts français de Berlin et de Leipzig ainsi que le bureau du livre de l’ambassade de France à Berlin font, depuis longtemps, appel à moi. Récemment, au salon du livre de Paris, en mai 2013, j’ai traduit Alain Finkelkraut et participé à une table ronde sur la traduction avec Judith Scharlansky et Georges-Arthur Goldschmidt. En 2014, j’ai eu plusieurs fois l’occasion de traduire des interventions et discussions à la Maison Heinrich-Heine de Paris.